Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 14:35

Toute l'équipe de DLJ13 s'indigne face a la dictature de l'audimat et a l'abrutissement du service public et pour lutter face à ces fléaux se fait le relai de l'appel lançé par David Desgouilles auteur du carnet politique Antidote et secretaire departemental DLR ( Doubs).

Publié par David Desgouilles dans Causeur Magazine

Depuis plus de trente ans que je regarde des matches de football au stade ou sur le petit écran, j’ai souvent sacrifié à la tradition consistant à critiquer l’arbitre et, parfois même, à lâcher à son intention quelques mots d’oiseaux de toutes les couleurs. Il m’arrive de plus en plus, cependant, d’observer avec davantage de distance les débats… et la production de l’« homme en noir ».

Des arbitres1, il y en a au moins deux catégories. Il y a ceux dont le regard hautain trahit le mépris pour les joueurs − lesquels, d’ailleurs, ne sont pas en reste. Mais il y a ceux qui font oeuvre de psychologie, qui savent s’effacer devant le jeu et que, finalement, on ne remarque presque pas dans le match. Les arbitres de cette catégorie ne font pas moins d’erreurs − inhérentes au football comme à tout sport −, mais le spectateur et même le joueur leur pardonnent ou, mieux encore, ne les perçoivent même plus tant il est évident que le jeu est roi et que tout le reste en devient accessoire.

Soral/Autain, ça vaut OM/PSG d’il y a vingt ans

Lorsqu’on regarde « Ce soir (ou jamais) », on a exactement la même impression.

Un débat, c’est comme un match de football. Enfin, dans cette émission-là, pas dans celles où les protagonistes feignent d’avoir des désaccords alors qu’ils pensent essentiellement la même chose sur tous les sujets. Frédéric Taddéi ne choisit pas la facilité en invitant des personnalités fortes. Inviter Alain Soral et Clémentine Autain sur le même plateau, cela vaut bien un PSG-OM d’il y a vingt ans. Sur le papier, il y a tout pour que cela castagne. En fait, pas du tout.

L’arbitre arrive à maîtriser les débats avec un mélange de bienveillance, d’attention, de fermeté et de justice ; et laisse les protagonistes s’exprimer sans les interrompre par des coups de sifflets incessants. Il y a quelques mois, j’ai même vu Jean-Luc Mélenchon s’y comporter de manière fort courtoise. Même les joueurs les plus caractériels donnent le meilleur d’eux-mêmes lorsqu’ils sont totalement convaincus de la probité de l’arbitrage.

Une émission quotidienne de débat fort bien animée, avec des avis divergents, sur le service public de télévision, il y en a une. Et depuis quelques jours, la rumeur enfle : il est question de la rendre hebdomadaire, ou carrément de la supprimer2.

Pour la remplacer par qui et par quoi ? Marc-Olivier Fogiel : le retour du concert de coups de sifflet. Il ne faut pas que le débat s’endorme et les téléspectateurs avec, n’est-ce pas ?

Parce que Messieurs Pfimlin et Sled ont regardé les courbes d’audience. Et ne les trouvent pas à la hauteur. Bizarre ! Comme tous les Français, j’ai entendu le président de la République annoncer, lorsqu’il a décidé de la disparition de la publicité après 20 heures, que le service public de télé serait ainsi délivré de la dictature de l’audimat. Pfimlin, nommé en conseil des ministres, et Sled, que l’on dit très proche du « Château », auraient-ils oublié cette lettre de mission ? La faible audience − discutable, puisqu’elle ne comptabilise pas les nombreux visionnages sur Internet, conséquence de la tardive diffusion de l’émission − est-elle la véritable raison de la mise sur la sellette de « Ce soir (ou jamais) » ?

Ne serait-ce pas plutôt le fait qu’elle échappe au débat droite-gauche plan-plan et qu’elle aborde le plus souvent les problématiques réelles mettant à jour les clivages décisifs ?3

J’en appelle donc à Messieurs Pfimlin, Sled et même au président de la République. « Ce soir (ou jamais) » doit continuer. Et j’encourage chaque téléspectateur fidèle de cette émission à écrire à ces trois décideurs. Il faut sauver la meilleure émission de débat de France. Il faut sauver le soldat Taddéi !

Partager cet article

Repost 0
Published by Debout Les Jeunes 13!
commenter cet article

commentaires

Anthony A 16/03/2011 16:12



Je suis totalement d'accord avec toi. C'est une des rares émissions de débat qui laisse le temps aux invités de s'exprimer en allant au fond de leurs idées meme si elles ne sont pas
spectaculaires ou qu'elles déplaisent à tous les adversaires présents. Tu as aussi très bien expliqué qu'ici, au moins, le présentateur est REELLEMENT neutre. Cela change d'Arlette Chabot qui
d'une part, invte toujours les memes, et d'autre part, ne peut pas s'empécher de prendre partie. Je ne vois pas non plus, une bonne raison de stopper une émission qui n'a pas une bonne courbe
d'audience alors qu'elle est sur le service public et diffusée largement après 20 heures, d'autant plus que c'est à l'origine une émission culturelle!



Bienvenue sur DLJ13

Nicolas DUPONT-AIGNAN est Maire de Yerres dans l'Essonne depuis 1995 et député de l'Essonne depuis 1997. Il est le Maire le mieux réélu de France en 2014 avec 77% des voix au 1er tour. 

Portrait 3 - Flickr - dupontaignan

***

Pour une France libre : nos propositions aux Français

*** 

  Notre programme pour une sortie ordonnée de l'Euro

Nos actions

affiche référendum

affiche euro tue